Quand j'étais plus jeune et que j'allais au Pas de la Case avec ma mère, invariablement, elle rapportait une boîte de polvorones et de mantecados. Mais ces gâteaux dont elle raffolait, je les trouvais vraiment bizarres.

Je revois la boîte avec à l'intérieur des biscuits emballés dans des papiers colorés. Il fallait faire attention parce que si tu manipulais ton truc un peu trop rapidement en l'ouvrant, tu ecrasais ton gâteau et quand tu ouvrais, tu n'avais plus qu'à aspirer... Mais le summum, c'est quand tu mordais dedans, comme disait l'autre, " ça a fait pschiiiit" : ton biscuit se réduisait en poussière dans ta bouche et en même temps, au contact de la salive, s'agglomerait, se collait à ton palais et était limite étouffant. 

J'avais donc classé ces gâteaux dans la catégorie "bizarres mais intéressants". Puis, un jour, j'ai mangé des montecaos (ne me demandez pas pourquoi il y a plusieurs appelations et orthographes, je ne sais pas!) maison et c'est mille fois mieux : c'est très friable mais n'a pas cette particularité étrange de se désintégrer si tu as le malheur d'appuyer même pas fort dessus... Du coup, j'ai cherché une recette pour en faire à la maison et il s'avère en plus que c'est très facile à faire, même pas besoin de peser quoi que ce soit ! 

DSC07230

 

 

(la recette vient de chez Passion Culinaire et elle est parfaite !) 

4 verres de farine

1 verre de sucre

1 verre d'huile neutre

1 pincée de sel

2 pincées de levure

cannelle moulue pour la touche finale

Préchauffer le four à 180°. 

Mélanger tous les ingrédients, sans trop travailler la pâte.

Façonner des boules de la même taille (la pâte se travaille très bien) et pincer le haut afin de donner la forme d'une poire.

Ajouter une pincée de cannelle sur la pointe des montecaos et enfourner pour 10 minutes. Attention, ils ne doivent pas brunir !

Laisser refroidir avant dégustation.