RelibouKitchen

04 février 2020

Boeuf aux carottes et aux vin rouge (à l'auto-cuiseur)

Récemment, ma grand-mère m'a donné une cocotte-minute (je n'en avais plus depuis perpète). La cocotte-minute, c'est son outil de prédilection et elle ne peut rien faire sans : il faut dire qu'elle a connu son apparition et que depuis les années 60, c'est son alliée de choc en cuisine. Mais alors, pardon, on dirait qu'elle manie une bombe nucléaire ma grand-mère. Je l'ai toujours entendu nous dire "ne touchez surtout pas à la cocotte, ça peut vous exploser au visage!" (oui, elle a le sens de l'image choc). D'ailleurs, quand je lui ai dit que j'avais fait un boeuf aux carottes en guise de première recette, elle m'a regardé d'un air inquiet "alors? ça a été? Tu n'as pas eu de souci?". Il faudra vraiment que je lui demande si elle a connu quelqu'un qui a eu un accident de cocotte un jour...

En tous les cas, ce boeuf aux carottes réalisé en deux coups de cuillères à pot (mais d'où, d'où me vient cette expression tout à coup?) est délicieux et convient à merveille pour un plat d'hiver réconfortant. Je l'ai servi avec des nids alsaciens de la marque Grand'Mère, les pâtes parfaites pour les plats en sauce !

thumbnail (1)

                                                                             

 Pour 6 personnes : (la recette originale vient du blog Papilles et Pupilles)

1kg de morceaux de boeuf à mijoter, 2 cs de farine, 4 cs d'huile d'olive, 12 carottes, 1 oignon, 1 branche de céleri, 2 gousse d'ail, 2 cs de concentré de tomates, 500 ml de vin rouge, thym, laurier, sel et poivre au goût, 350g de nids n°10 pâtes Grand'mère (produit offert)

Couper le boeuf en cubes de tailles égales et fariner les morceaux. 

Faire chauffer 2 cs d'huile dans votre autocuiseur et y faire revenir les morceaux farinés. Les dorer sur toutes les faces.

Pendant ce temps, éplucher et couper les carottes en rondelles. Peler la branche de céleri et la couper en morceaux. Eplucher l'ail et l'oignon et les ciseler finement. 

Déglacer la cocotte avec le vin rouge, gratter le fond de la cocotte avec une spatule en bois pour bien détacher les sucs. Verser le contenu de la cocotte dans un saladier. 

Faire chauffer l'huile restante et faire revenir les carottes, l'ail, le céleri et l'oignon. Saler, incorporer le concentré de tomates, remuer et laisser revenir 10 minutes. 

Ajouter la viande roussie, le vin, le thym et le laurier. 

Fermer le couvercle de la cocotte-minute. Quand la soupape siffle, baisser le feu et laisser cuire 1h. 

Laisser l'autocuiseur fermé le temps de préparer les pâtes. 

Faire bouillir une grande quantité d'eau. Saler et cuire les pâtes le temps de cuisson indiqué sur l'emballage. Bien les égoutter et y ajouter un morceau de beurre. 

Dégustez votre boeuf aux carottes bien chaud avec les pâtes, qui vont à merveille avec la sauce! 

Posté par aurelvelvet à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02 décembre 2019

Chakalaka (Afrique du Sud)

Quand arrive la saison des choux, certains font du kimchi et moi, je fais du chakalaka. Mais késako le chakalaka? Non, ce n'est pas le nom d'une danse de l'été les gars. C'est une recette typique d'Afrique du Sud, née dans le township de Soweto. Je crois bien qu'il existe une myriade de chakalaka, si vous cherchez un peu sur le net, vous trouverez des millions de recettes différentes. Il s'agit tout simplement d'un mélange de légumes épicé qui cuisent tout doucement ensemble, on peut le manger chaud, froid, peu importe! (ça me fait penser aux achards de légumes de la Réunion figurez-vous). Traditionnellement, le chakalaka se sert avec du pap, un mélange de maïs broyé ressemblant étrangement à la polenta (ou la mamaliga roumaine). De mon côté, je l'adore... avec des spaghetti ! 

J'ai découvert cette recette dans un livre de Kobus Botha et depuis, je la réalise les yeux fermés. Certains y ajoutent des petits pois, du maïs ou encore des haricots blancs mais je préfère sans. A vous de voir !

thumbnail

Pour environ 4 personnes :

1 oignon rouge, 3 gousses d'ail, 1 cs d'huile neutre, 1 cs de curry, 1 poivron épépiné (vert ici mais peu importe en réalité), 1 piment antillais, 1 grosse carotte, la moitié d'un chou blanc, 1 conserve de tomates concassées (à remplacer par quatre tomates en saison ou une brique de coulis de tomates), 1 pincée de sucre, sel, poivre. 

Faire chauffer l'huile dans une cocotte. Pendant ce temps, émincer l'oignon, hacher l'ail et couper le poivron en cubes. 

Faire revenir ces légumes dans l'huile, à feu doux (ils ne doivent pas roussir). Verser le curry, bien remuer pour éviter que le mélange n'accroche. 

Emincer le chou en lamelles et râper la carotte. Les ajouter au mélange précédent, bien remuer. 

Ajouter les tomates (ou le coulis) et le piment entier. Saler, poivrer, ajouter la pincée de sucre. 

Couvrir et laisser mijoter à feu doux 3/4 d'heure à 1h (vérifier que cela n'accroche pas en cours de cuisson). 

Posté par aurelvelvet à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

28 novembre 2019

Moelleux façon cookie géant

Je sais pas vous, mais je me rappelle très bien quand les cookies ont déboulé dans l'Hémisphère (paye ton grand âge ma cocotte). Je revois encore la pub avec la petite meuf américaine qui téléphonait à ses parents en se sifflant un paquet de cookies et sa mère qui enfournait des plaques entières en soupirant "Poor Kate, alone in France...". C'était bien, j'étais au collège et j'avais l'impression d'être bilingue parce que je comprenais tout à leur conversation. Le cookie, c'était LE gâteau in.

Bon, et depuis, ça a quand même bien perduré cette affaire parce qu'on en voit fleurir partout et que chacun semble détenir LA recette parfaite. Je ne m'aventurerai pas sur ce terrain là, pour les cookies, je m'en tiens à ma bonne vieille recette dégotté dans un bouquin vieillot, tellement fastoche qu'on s'en rappelle de tête. Non, moi, je veux vous parler de ce truc trouvé dans la salle d'attente d'un toubib (oui, je fais partie de la team qui déchire les recettes dans les mags de salle d'attente. Même que ça m'énerve si quelqu'un le fait avant moi. Quel manque de savoir-vivre m'enfin) et que depuis, je refais régulièrement.

Souvent à la demande de mon grand qui peut s'en siffler la moitié d'un coup d'un seul (la magie du beurre, ce gâteau a un goût de beurre fabuleux!). Alors encore un peu tiède, avec les pépites de chocolat fondantes, je ne vous dis que ça... Je ne peux pas vous dire si il est encore meilleur le lendemain, chez nous, il n'a jamais tenu le coup jusque là... 

20191002_114808 (1)

Ingrédients : 200g de farine, 100g de sucre roux, 125g de pépites de chocolat, 100g de beurre demi-sel, 1 oeuf, 1 cc café rase de levure chimique

Dans un poêle en fonte ou en verre de 20 cm de diamètre (elle doit pouvoir passer au four), faire fondre le beurre sur feu doux puis ajouter la cassonade. Mélanger avec une spatule.

Laisser tièdir quelques instants et ajouter l'oeuf, la farine et la levure. Bien mélanger en fouettant, il faut obtenir une pâte sans grumeaux et bien lisse.

Eparpiller sur la pâte les pépites de chocolat, mélanger à peine et lisser la surface.

Enfourner 20 minutes dans un four préchauffé th6 (180°).

Servir encore tiède ! 

Posté par aurelvelvet à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 novembre 2019

Fondant au chocolat et à la pâte de haricots rouges

TADAM ! Mille ans plus tard, me revoilà !

Rassurez-vous, je mange toujours (et plutôt deux fois qu'une comme aurait dit l'autre -Pour les enfants des années 80, ça va vous rappeler des choses-) mais je n'arrive absolument pas à trouver le temps de remettre mon costume de blogueuse food. Bref, pas bien grave, de toute façon, être blogueuse, c'est complètement dépassé maintenant alors^^

Mais bon, de temps en temps, ça me repique un peu et je vous ponds un petit billet. Comme celui-ci.

En vidant mes placards, j'ai retrouvé une conserve de pâte de haricots rouges sucrée et je me suis souvenue que dans le bouquin de cuisine Le Tang Book, il y avait une recette de fondant au chocolat que je voulais faire il y a au moins 10 ans. Oui, je suis longue à la détente. Mais j'ai profité d'avoir un moufflet à l'école et la deuxième occupée à jouer avec les croquettes du chien (oui, oui, vous avez bien lu, cela semble faire des élements de dinette parfait) pour réaliser ces petits gâteaux savoureux. Figurez-vous qu'ils ont eu un succès démentiel et que Jaïro m'a même dit "Ha là, c'est bon, c'est pas comme quand tu utilises des trucs bizarres" (le mec a été traumatisé par le brownie à la courgette, il a eu l'impression de vivre une horrible trahison de ma part). 

20190911_123940 (1)

                                                                    

Pour 4 fondants : 

50g de beurre salé (100 dans la recette originale !) + un peu pour beurrer les moules

100g de chocolat à patisser

10g de fécule (maïzena ici)

100g de pâte de haricots rouges sucrée

3 oeufs

Casser le chocolat en morceaux et le faire fondre avec le beurre au bain marie ou au micro-ondes. Lisser à la spatule en bois et ajouter la fécule. 

Chauffer légèrement la pâte de haricots rouges au micro-ondes ou dans une petite casserole et l'ajouter au mélange beurre-chocolat.

Battre les oeufs dans un bol et les ajouter à la préparation.

Verser la préparation dans 4 ramequins beurrés et farinés et enfourner à four chaud (180°) pendant 10 à 15 min, le centre doit être légèrement coulant.

A déguster encore un peu tiède ! 

Posté par aurelvelvet à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 février 2019

Mantu (ravioli du Tadjikistan)

20 000 ans plus tard, je reviens avec la recette des mantu du Tadjikistan, telle qu'on me l'a enseignée lors d'un atelier. Attention Mesdames et Messieurs ça va commencer vous pouvez inviter tout votre immeuble ou quartier, avec cette recette, vous aurez une cargaison ! Mais ils sont tellement bons que ce n'est pas bien grave et que le top, c'est d'en congeler pour les ressortir les soirs de grosse flemme... 

mantus

 

Pour la farce : 1 kg d'oignons, 1 kg de boeuf haché, cumin et graines de coriandre moulus, poivre, 4 cs d'huile, sel, 1/2 mug d'eau

Pour la pâte : 2 cs de sel, 1 mug d'eau tiède, 1 oeuf, 1kg de farine T45

Pour la sauce : 6 gousses d'ail, 3 oignons, 3 boîtes de tomate concassées, sel, poivre, 1 pincée de sucre

Préparer la pâte : Dans un saladier, mélanger à la fourchette, le sel, l'eau tiède et l'oeuf. Ajouter la farine petit à petit en pétrissant, jusqu'à obtention d'une pâte souple. Bien la travailler et en faire une boule. La laisser reposer 30 minutes à température ambiante. 

Mixer les oignons avec un robot (les oignons ne doivent pas être réduits en purée) et mélanger tous les les ingrédients de la garniture à la main, en amalgamant bien. 

Fariner un plan de travail et étaler la pâte le plus finement possible (je vous laisse aller voir la technique avec un manche à balai^^). La découper en carrés de taille égales et les garnir de farce (une petite cuillère à café). Plier en rabattant les bords opposés en diagonales puis en pinçant les 2 côtés (là aussi je vous laisse aller voir ma vidéo sur Instagram, je ne sais pas si je suis très claire!).

Les huiler légèrement avec un pinceau et cuire environ 30 minutes à la vapeur. 

Pendant ce temps, préparer la sauce : faire revenir les gousses d'ail hachées avec les oignons hachés eux aussi. Verser les tomates concassées avec leur jus, saler, poivrer, ajouter la pincée de sucre et laisser réduire.

Disposer les mantu sur un plat de service, verser un peu de sauce sur chaque et déguster ! 

Posté par aurelvelvet à 12:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 décembre 2018

Pelmeni (ravioli russes)

L'autre jour, la thématique de l'atelier cuisine de mon job, c'était les ravioli du monde entier. Beau programme hein? Enfin, du monde entier, façon de parler, nous nous sommes surtout consacrés à la Russie et au Tadjikistan. C'est d'ailleurs fou l'universalité de ces petites choses, on en trouve des spécifiques dans quasiment tous les pays du monde. D'ailleurs, je me suis marrée car quand j'ai mis le mot "ravioli" sur mon programme, une dame arménienne m'a dit "ha mais non, ce ne sont pas des ravioli, les ravioli ce sont les trucs en conserve à la sauce tomate!"

Je vais commencer ici à vous parler du Pelmeni, qui se caractérisent par les herbes fraîches et de l'oignon dans sa farce à la viande (ici du boeuf). Ils se mangent tout simplement pochés dans l'eau bouillante, escortés d'une sauce au yaourt bien aillée, de beurre et de poivre. Et pour boire avec, un bon verre de tan (ma drogue...). Et si il vous en reste, c'est très bon le lendemain, réchauffés à la poêle dans de l'huile chaude (je dis ça parce que avec la recette que vous trouverez ci-dessous, à par si vous conviez vos voisins, il risque d'en rester un peu^^)

                                                                             gfgt

 Pour la pâte : 1 oeuf - 500 grammes de farine (peut-être un peu plus, il faut obtenir une pâte souple) - 1 mug d'eau - 1 cs d'huile - une cc de sel 

Pour la farce : 500 g de boeuf haché - 1 oignon râpé - 1 gousse d'ail hachée - 1 bouquet de coriandre hachée - 1 bouquet de persil haché - 1 oeuf - sel, poivre - 1 cc de paprika 

Pour la sauce : 4 yaourts - sel - 4 gousses d'ail hachée - 1/2 verre d'eau

Verser la farine et le sel dans un saladier. Y casser l'oeuf. Ajouter l'eau petit à petit en mélangeant avec une spatule. Ajouter le restant de farine, toujours en mélangeant. 

Pétrir la pâte et ajouter de la farine, jusqu'à obtention d'une pâte lisse qui ne colle pas aux mains. Faire une boule et réserver au frais, le temps de préparer la farce. 

Dans un saladier, mélanger intimement les ingrédients de la farce. 

Préparer la sauce en mélangeant yaourts, ail, eau et sel. Réserver au réfrigérateur.

Fariner le plan de travail et diviser la pâte en plusieurs morceaux. Prendre un morceau, l'étaler finement et découper des ronds (nous, on a fait avec une verre). 

Farcir les ronds avec une petite boulette de pâte. Replier en demi-lune (bien enfermer la farce) et pincer les deux extrémités. 

Faire bouillir une grande quantité d'eau salée. Y verser les pelmeni et compter 5 à 6 minutes de cuisson à partir du moment où ils remontent à la surface. 

Ne pas les verser tous en une fois, ils risqueraient de tous se coller entre eux. Les retirer avec une écumoire et les disposer au fur et mesure dans un grand plat. 

dgfdj (1)

 Les servir avec la sauce, un peu de beurre fondu et du poivre. Merveilleusement bons ! 

Stay tuned : prochaine recette les mantu du Tadjikistan ! (j'ose espérer que ce ne sera pas dans 6 mois^^)

Posté par aurelvelvet à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 octobre 2018

Poulet aux champignons

J'adore les plats qui racontent une histoire. Ceux qui ont la saveur particulière de l'enfance, ce petit goût de nostalgie, qui, quand on les mange nous téléportent directement en arrière. J'essaie d'en poster quelques uns ici, comme les taillous de Mamie Jojo, la rouzollele pudding aux framboises de mon autre grand-mère ou le gâteau aux pommes de Mémée Rosalie... Et j'en ai encore un tas en tête, comme les divins cannelonis de Papy Antoine ou le gratin de macaronis de Mémée Maria que je posterais peut-être un jour. 

Alors quand je lis chez les autres ce genre de recettes, ça me donne irrémédiablement envie d'y goûter moi aussi. Et dès que j'ai vu cette recette et son histoire chez Piment Oiseau, j'ai eu immédiatement envie de la réaliser. Parce que je suis sûre que je me serais bien plu à la table de la famille Piment Oiseau^^. Et qui sait? Peut-être que ce poulet savoureux figurera dans le top ten de mes 2 morfales? 

poulet aux champignons

 POur 4 personnes : 

4 hauts de cuisse de poulet, 2 carottes, 1 oignon, 1 gousse d'ail, 3 cs de sauce soja, 2 cc de sucre, 45 cl de bouillon, 2 feuilles de combava, 200g de champignons de Paris, 2 cs d'huile

Faire chauffer l'huile dans une cocotte. Y faire dorer les morceaux de poulet sur toutes les faces. Retirer. 

2mincer finement l'oignon, hacher la gousse d'ail, peler et couper les carottes en dès. 

Dans le gras de cuisson du poulet, faire revenir oignon, ail et carottes. Remuer et rajouter les morceaux de poulet. Verser la sauce soja et le sucre, remuer et ajouter le bouillon ainsi que les feuilles de combava. Couvrir et laisser mijoter 30 minutes. 

Emincer les champignons et les rajouter dans la cocotte. Couvrir et cuire encore 15 minutes. 

Servir bien chaud avec du riz.

 

Posté par aurelvelvet à 08:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 septembre 2018

Salade aux aubergines (Tadjikistan)

Vite, vite, il reste encore des aubergines sur les étals et cette recette, réalisée lors de l'atelier cuisine tadjik, est juste parfaite. Oui, car, si vous ne me suivez pas ici, vous n'avez pas dû voir passer mon petit reportage sur cet atelier, animé par Zamira, une dame tadjike douée d'un talent et d'une gentillesse sans bornes. Celle-ci tenait à nous faire découvrir sa cuisine, son pays et ses traditions : ce fut parfaitement réussi et tout le monde se léchait les doigts de satisfaction à l'issue du repas. Haaaa, que je les aime ces ateliers ! 

Quant à la cuisine tadjike, c'est une cuisine méconnue mais qui mérite pourtant de l'être. Lorsque nous avons programmé cet atelier, Zamira était venue avec son téléphone pour me montrer les plats qu'elle faisait chez elle (oui, elle aussi photographie tout ce qu'elle mange^^ C'est certainement pour ça qu'on a aussi vite accroché toutes les deux !) et qu'on détermine ceux qu'on allait réaliser. En fait, sur ses photos, j'ai pu voir ce qu'était le Dastarkhan tadjike : une grande nappe au sol avec une multitude de petites et grandes assiettes remplies de tout un tas de choses fabuleuses, salées ou sucrées. ça fait rêver ! Lors de notre repas, nous avons mangé à table mais j'étais à côté de Zamira et elle me rajoutait dans mon assiette des aliments qu'elle retirait de la sienne, j'ai trouvé ça touchant. 

ghghjjkk (1)

 Pour 4 personnes :

3 aubergines, 3 gousses d'ail, un bouquet de coriandre, 6 tomates bien mûres, 2 oeufs, huile, sel, poivre, quelques feuilles de salade

Préparer les tomates (c'est important de le faire avant, il faut qu'elles rendent le plus de jus) : les couper en cubes et les verser dans un saladier. Hacher finement l'ail et la coriandre. Verser sur les tomates, saler, poivrer et remuer délicatement. 

Couper les aubergines en tranches, les saler. Faire chauffer de l'huile dans une grande poêle. Battre les oeufs et y tremper les tranches d'aubergines. Les faire dorer dans l'huile chaude, environ 5 minutes sur chaque face. Les disposer sur du papier absorbant. 

Sur une grande assiette, disposer les feuilles de salade. Poser les plus grandes rondelles d'aubergines et mettre sur chacune une cuillère à soupe de tomates. Recouvrir avec une autre rondelles et remettre une cuillère de tomates. Arroser de jus (très important : l'aubergine va se gorger de celui-ci).Servir à température ambiante. 

Posté par aurelvelvet à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 septembre 2018

Spetsofai (Grèce) - ragoût de saucisse aux poivrons -

C'est drôle comme certains plats peuvent rester gravés dans la mémoire... Celui m'est revenu en voyant de la saucisse dans mon réfrigérateur^^ C'est un plat que j'ai pu déguster en Grèce, dans une petite ruelle de Chora, sur l'île d'Amorgos : je revois tout à fait la scène, nous étions attablés dehors sur une toute petite table carrée, il faisait chaud, la musique grecque traditionnelle était à fond et durant tout le repas, un vieux monsieur passait avec son âne chargé de cailloux. La carte postale des Cyclades quoi. Et je souviens m'être dit "Spetsofai, quelle drôle de nom!" (un peu comme en Roumanie avec la Tochitura). 

Du coup, je me suis lancée dans la préparation illico, en cuisinant de mémoire. C'est un plat simple, qui nécessite peu d'ingrédients. C'est certainement pour cela qu'il m'est resté en tête d'ailleurs! Ma version n'est donc pas traditionnelle mais plutôt intuitive : ceci-dit, j'ai été ravie à la dégustation car c'était tout à fait ce que je voulais faire ! (et là, me vient en tête Pouf le cascadeur "C'est exactement ce que je voulais faire!"). 

spetsofai

500g de saucisse (de la bonne hein), 3 poivrons rouges, 400g de tomates cerise (ou des tomates classiques), 1 oignon, 1 gousse d'ail hachée, 1/2 bouquet de coriandre, 1/2 bouquet de persil, origan, 2 cs de vinaigre de vin, piment rouge au goût, sel, poivre

Faire chauffer 2 cs d'huile d'olive dans une cocotte. Y faire revenir la saucisse coupée en tronçons (ou en rondelles, c'est vous qui voyez). La faire dorer sur tous les côtés et réserver. 

Ôter les graines et les parties blanches des poivrons, les détailler en lanières. Emincer l'oignon et hacher la gousse d'ail. Hacher groissièrement coriandre et persil. Dans la cocotte, faire d'abord revenir oignon, ail et poivron environ 2 minutes. Ajouter les herbes hachés, remuer. Verser le vinaigre de vin rouge et gratter la cocotte avec une spatule en bois pour déglacer les sucs.

Ajouter alors les tomates cerise entières et l'origan (ou les tomates en morceaux, selon ce que vous utilisez). Remettre la saucisse dans la cocotte, verser un verre d'eau. Saler, poivrer et ajouter un peu de piment. Laisser cuire à petits bouillons durant 45 minutes. Il ne doit plus trop rester de liquide et les poivrons et tomates doivent être presque confits. 

Posté par aurelvelvet à 08:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 septembre 2018

Pâté angevin (ou pâté aux prunes)

Bon d'abord, je n'ai jamais flanqué les pieds à Angers. Mais, mais, mais, l'autre jour, alors que je discutais avec ma collègue de mon addiction aux prunes, elle me dit "oh mais chez moi, on a une spécialité que tu adorerais, on appelle ça du pâté angevin". Et elle me décrit donc cette spécialité avec, je le sens bien, une certaine gourmandise (en vrai, je crois qu'elle est aussi gourmande que moi et on papote souvent nourriture) : en me la décrivant, c'est comme si elle était en train de mordre dedans^^. Bref, elle me l'a tellement bien décrit son pâté aux prunes ("puis tu vois, les prunes sont entières, c'est hyper juteux et la pâte prend le goût du jus de celles-ci") que pendant une semaine, il me revenait en tête. 

Et l'autre jour, paf, mon beau-père m'apporte des prunes fraichement cueillies ! Ni une, ni deux, le lendemain, je me lance à la découverte du pâté angevin. En fait, quand on parle de pâté, en premier lieu, on a l'image du pâté charcutier. Non, là, c'est en fait une tourte toute simple, dans laquelle les fruits sont laissés entiers (avec le noyau). Et c'est là, la particularité de cette recette qui est apparemment très peu répandue en dehors du Maine-et-Loire. 

pâté angevin (pâté aux prunes)

Pour 6 personnes (et un moule à bord haut de 25 cm de diamètre)

Pour la pâte brisée : 250g de farine, 125g de beurre, 2 cs de sucre, 1 pincée de sel et un petit peu d'eau. 

20 à 25 prunes de votre choix (j'ai mélangé mirabelles et quetsches), 30g de cassonade (ou moins, en fonction de votre goût), 1 jaune d'oeuf.

Commencer à préparer la pâte brisée : verser la farine dans un saladier, ajouter le sel, le sucre et le beurre ramolli coupé en dès. Commencer à incorporer le beurre du bout des doigts, jusqu'à obtention d'une texture un peu sableuse. Ajouter l'eau petit à petit (c'est important, il vaut mieux pas assez d'eau que trop !) et pétrir la pâte jusqu'à ce que celle-ci ne colle plus aux doigts. Former une boule et réserver. 

Préchauffer le four à 180°.

Fariner le plan de travail. Diviser la pâte en deux boules égales et étaler la première boule finement au rouleau à patisserie. 

La disposer dans le moule graissé (ou comme moi, avec une feuille de papier sulfurisé).

Poser les prunes entières, lavées et séchées sur la pâte. 

Etaler la deuxième boule finement et disposer la pâte sur les prunes. Bien souder les bords. Faire une cheminée au milieu à l'aide d'un couteau pointu. 

Dorer la pâte avec le jaune d'oeuf battu. 

Enfourner pendant 40 minutes environ (le pâté aux prunes doit être tout doré). 

Laisser refroidir complètement avant de découper sinon le jus des prunes va couler ! Le pâté angevin aux prunes est encore meilleur le lendemain (si vous avez la patience d'attendre^^).

 

pâté angevin2

 

(haaaan, j'en veux encore !)

Posté par aurelvelvet à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,