RelibouKitchen

11 octobre 2018

Poulet aux champignons

J'adore les plats qui racontent une histoire. Ceux qui ont la saveur particulière de l'enfance, ce petit goût de nostalgie, qui, quand on les mange nous téléportent directement en arrière. J'essaie d'en poster quelques uns ici, comme les taillous de Mamie Jojo, la rouzollele pudding aux framboises de mon autre grand-mère ou le gâteau aux pommes de Mémée Rosalie... Et j'en ai encore un tas en tête, comme les divins cannelonis de Papy Antoine ou le gratin de macaronis de Mémée Maria que je posterais peut-être un jour. 

Alors quand je lis chez les autres ce genre de recettes, ça me donne irrémédiablement envie d'y goûter moi aussi. Et dès que j'ai vu cette recette et son histoire chez Piment Oiseau, j'ai eu immédiatement envie de la réaliser. Parce que je suis sûre que je me serais bien plu à la table de la famille Piment Oiseau^^. Et qui sait? Peut-être que ce poulet savoureux figurera dans le top ten de mes 2 morfales? 

poulet aux champignons

 POur 4 personnes : 

4 hauts de cuisse de poulet, 2 carottes, 1 oignon, 1 gousse d'ail, 3 cs de sauce soja, 2 cc de sucre, 45 cl de bouillon, 2 feuilles de combava, 200g de champignons de Paris, 2 cs d'huile

Faire chauffer l'huile dans une cocotte. Y faire dorer les morceaux de poulet sur toutes les faces. Retirer. 

2mincer finement l'oignon, hacher la gousse d'ail, peler et couper les carottes en dès. 

Dans le gras de cuisson du poulet, faire revenir oignon, ail et carottes. Remuer et rajouter les morceaux de poulet. Verser la sauce soja et le sucre, remuer et ajouter le bouillon ainsi que les feuilles de combava. Couvrir et laisser mijoter 30 minutes. 

Emincer les champignons et les rajouter dans la cocotte. Couvrir et cuire encore 15 minutes. 

Servir bien chaud avec du riz.

 

Posté par aurelvelvet à 08:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28 septembre 2018

Salade aux aubergines (Tadjikistan)

Vite, vite, il reste encore des aubergines sur les étals et cette recette, réalisée lors de l'atelier cuisine tadjik, est juste parfaite. Oui, car, si vous ne me suivez pas ici, vous n'avez pas dû voir passer mon petit reportage sur cet atelier, animé par Zamira, une dame tadjike douée d'un talent et d'une gentillesse sans bornes. Celle-ci tenait à nous faire découvrir sa cuisine, son pays et ses traditions : ce fut parfaitement réussi et tout le monde se léchait les doigts de satisfaction à l'issue du repas. Haaaa, que je les aime ces ateliers ! 

Quant à la cuisine tadjike, c'est une cuisine méconnue mais qui mérite pourtant de l'être. Lorsque nous avons programmé cet atelier, Zamira était venue avec son téléphone pour me montrer les plats qu'elle faisait chez elle (oui, elle aussi photographie tout ce qu'elle mange^^ C'est certainement pour ça qu'on a aussi vite accroché toutes les deux !) et qu'on détermine ceux qu'on allait réaliser. En fait, sur ses photos, j'ai pu voir ce qu'était le Dastarkhan tadjike : une grande nappe au sol avec une multitude de petites et grandes assiettes remplies de tout un tas de choses fabuleuses, salées ou sucrées. ça fait rêver ! Lors de notre repas, nous avons mangé à table mais j'étais à côté de Zamira et elle me rajoutait dans mon assiette des aliments qu'elle retirait de la sienne, j'ai trouvé ça touchant. 

ghghjjkk (1)

 Pour 4 personnes :

3 aubergines, 3 gousses d'ail, un bouquet de coriandre, 6 tomates bien mûres, 2 oeufs, huile, sel, poivre, quelques feuilles de salade

Préparer les tomates (c'est important de le faire avant, il faut qu'elles rendent le plus de jus) : les couper en cubes et les verser dans un saladier. Hacher finement l'ail et la coriandre. Verser sur les tomates, saler, poivrer et remuer délicatement. 

Couper les aubergines en tranches, les saler. Faire chauffer de l'huile dans une grande poêle. Battre les oeufs et y tremper les tranches d'aubergines. Les faire dorer dans l'huile chaude, environ 5 minutes sur chaque face. Les disposer sur du papier absorbant. 

Sur une grande assiette, disposer les feuilles de salade. Poser les plus grandes rondelles d'aubergines et mettre sur chacune une cuillère à soupe de tomates. Recouvrir avec une autre rondelles et remettre une cuillère de tomates. Arroser de jus (très important : l'aubergine va se gorger de celui-ci).Servir à température ambiante. 

Posté par aurelvelvet à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 septembre 2018

Spetsofai (Grèce) - ragoût de saucisse aux poivrons -

C'est drôle comme certains plats peuvent rester gravés dans la mémoire... Celui m'est revenu en voyant de la saucisse dans mon réfrigérateur^^ C'est un plat que j'ai pu déguster en Grèce, dans une petite ruelle de Chora, sur l'île d'Amorgos : je revois tout à fait la scène, nous étions attablés dehors sur une toute petite table carrée, il faisait chaud, la musique grecque traditionnelle était à fond et durant tout le repas, un vieux monsieur passait avec son âne chargé de cailloux. La carte postale des Cyclades quoi. Et je souviens m'être dit "Spetsofai, quelle drôle de nom!" (un peu comme en Roumanie avec la Tochitura). 

Du coup, je me suis lancée dans la préparation illico, en cuisinant de mémoire. C'est un plat simple, qui nécessite peu d'ingrédients. C'est certainement pour cela qu'il m'est resté en tête d'ailleurs! Ma version n'est donc pas traditionnelle mais plutôt intuitive : ceci-dit, j'ai été ravie à la dégustation car c'était tout à fait ce que je voulais faire ! (et là, me vient en tête Pouf le cascadeur "C'est exactement ce que je voulais faire!"). 

spetsofai

500g de saucisse (de la bonne hein), 3 poivrons rouges, 400g de tomates cerise (ou des tomates classiques), 1 oignon, 1 gousse d'ail hachée, 1/2 bouquet de coriandre, 1/2 bouquet de persil, origan, 2 cs de vinaigre de vin, piment rouge au goût, sel, poivre

Faire chauffer 2 cs d'huile d'olive dans une cocotte. Y faire revenir la saucisse coupée en tronçons (ou en rondelles, c'est vous qui voyez). La faire dorer sur tous les côtés et réserver. 

Ôter les graines et les parties blanches des poivrons, les détailler en lanières. Emincer l'oignon et hacher la gousse d'ail. Hacher groissièrement coriandre et persil. Dans la cocotte, faire d'abord revenir oignon, ail et poivron environ 2 minutes. Ajouter les herbes hachés, remuer. Verser le vinaigre de vin rouge et gratter la cocotte avec une spatule en bois pour déglacer les sucs.

Ajouter alors les tomates cerise entières et l'origan (ou les tomates en morceaux, selon ce que vous utilisez). Remettre la saucisse dans la cocotte, verser un verre d'eau. Saler, poivrer et ajouter un peu de piment. Laisser cuire à petits bouillons durant 45 minutes. Il ne doit plus trop rester de liquide et les poivrons et tomates doivent être presque confits. 

Posté par aurelvelvet à 08:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 septembre 2018

Pâté angevin (ou pâté aux prunes)

Bon d'abord, je n'ai jamais flanqué les pieds à Angers. Mais, mais, mais, l'autre jour, alors que je discutais avec ma collègue de mon addiction aux prunes, elle me dit "oh mais chez moi, on a une spécialité que tu adorerais, on appelle ça du pâté angevin". Et elle me décrit donc cette spécialité avec, je le sens bien, une certaine gourmandise (en vrai, je crois qu'elle est aussi gourmande que moi et on papote souvent nourriture) : en me la décrivant, c'est comme si elle était en train de mordre dedans^^. Bref, elle me l'a tellement bien décrit son pâté aux prunes ("puis tu vois, les prunes sont entières, c'est hyper juteux et la pâte prend le goût du jus de celles-ci") que pendant une semaine, il me revenait en tête. 

Et l'autre jour, paf, mon beau-père m'apporte des prunes fraichement cueillies ! Ni une, ni deux, le lendemain, je me lance à la découverte du pâté angevin. En fait, quand on parle de pâté, en premier lieu, on a l'image du pâté charcutier. Non, là, c'est en fait une tourte toute simple, dans laquelle les fruits sont laissés entiers (avec le noyau). Et c'est là, la particularité de cette recette qui est apparemment très peu répandue en dehors du Maine-et-Loire. 

pâté angevin (pâté aux prunes)

Pour 6 personnes (et un moule à bord haut de 25 cm de diamètre)

Pour la pâte brisée : 250g de farine, 125g de beurre, 2 cs de sucre, 1 pincée de sel et un petit peu d'eau. 

20 à 25 prunes de votre choix (j'ai mélangé mirabelles et quetsches), 30g de cassonade (ou moins, en fonction de votre goût), 1 jaune d'oeuf.

Commencer à préparer la pâte brisée : verser la farine dans un saladier, ajouter le sel, le sucre et le beurre ramolli coupé en dès. Commencer à incorporer le beurre du bout des doigts, jusqu'à obtention d'une texture un peu sableuse. Ajouter l'eau petit à petit (c'est important, il vaut mieux pas assez d'eau que trop !) et pétrir la pâte jusqu'à ce que celle-ci ne colle plus aux doigts. Former une boule et réserver. 

Préchauffer le four à 180°.

Fariner le plan de travail. Diviser la pâte en deux boules égales et étaler la première boule finement au rouleau à patisserie. 

La disposer dans le moule graissé (ou comme moi, avec une feuille de papier sulfurisé).

Poser les prunes entières, lavées et séchées sur la pâte. 

Etaler la deuxième boule finement et disposer la pâte sur les prunes. Bien souder les bords. Faire une cheminée au milieu à l'aide d'un couteau pointu. 

Dorer la pâte avec le jaune d'oeuf battu. 

Enfourner pendant 40 minutes environ (le pâté aux prunes doit être tout doré). 

Laisser refroidir complètement avant de découper sinon le jus des prunes va couler ! Le pâté angevin aux prunes est encore meilleur le lendemain (si vous avez la patience d'attendre^^).

 

pâté angevin2

 

(haaaan, j'en veux encore !)

Posté par aurelvelvet à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 juin 2018

Morue gratinée au riz et petits pois (Portugal)

Hello everybody, hello (voilà que je me prends pour Vincent Lagaf maintenant... - et avec ces conner*es je vais me retrouver avec son chef d'oeuvre musical en tête - ).

Bref, oui, la photo est nulle, je l'ai prise avec mon téléphone lors d'un atelier cuisine mais, mais, mais, la recette mérite qu'on s'y penche et j'ai envie de la garder. En plus, c'est la saison des petits pois et avec des frais, ça doit être encore meilleur ! Pensez bien à faire dessaler 24h avant votre morue si elle est séchée (en changeant régulièrement l'eau de trempage), sinon on trouve aussi de la morue déjà dessalée en grande surface, mais je trouve quand même ça moins goûteux. L'originalité de cette recette c'est qu'elle démarre comme un riz pilaf, sauf que la cuisson se fait au four et qu'en cours de cuisson, on rajoute oeuf et fromage qui viendront former un petit matelas moelleux pour la garniture ! 

Il faudra aussi que je pense à partager une recette typiquement ariégeoise à base de morue que ma grand-mère mangeait toujours avec sa famille pour le réveillon de Noël. Un jour donc... 

etrtyuuui

Pour 6 personnes : 

400 g de morue désalée, 2 poignées de petits pois surgelées (ou des frais, compter environ 300g), 300g de riz, 1 oignon, 1 gousse d'ail, 3 oeufs, 100g d'emmental râpé, 1 feuille de laurier, quelques gouttes de piri-piri

Préchauffer le four à 180°.

Egoutter la morue, la sécher et l'émietter (bien ôter toutes les arêtes). 

Si vous utilisez des petits pois frais, les écosser.

Faire chauffer 1 cs d'huile d'olive dans une poêle et y faire dorer la morue. Quand elle est légèrement dorée, y ajouter l'oignon et l'ail hachés, le riz, la feuille de laurier et le piri-piri. 

Lorsque le riz est nacré, ajouter les petits pois. Mélanger délicatement. 

Verser le tout dans un plat à gratin. Couvrir de bouillon (ne pas trop le saler). Cuire environ 45 minutes. 

Fouetter les oeufs avec le fromage, couvrir le gratin et enfourner encore pour 20 minutes. (Si le gratin dore trop vite, baisser la température du four).

Servir bien chaud ! 

Posté par aurelvelvet à 11:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


16 mai 2018

Old school : gâteau renversé à l'ananas

L'autre jour, en fouinant au fond de mes placards, j'ai dégotté une boîte d'ananas au sirop. Comme c'était un jour sans école, je me suis dit que j'allais l'utiliser pour faire un gâteau avec Jaïro. Parce que lui, si je l'écoute, on fait des cookies géants à la poêle tous les jours, ça ne varie pas d'un poil. Du coup, j'ai repensé à ce gâteau old school qu'on voyait fleurir à tous les goûters d'anniversaire quand j'étais petite : j'ai nommé le renversé à l'ananas. Vous vous rappelez, un gâteau tout moelleux, qui devient encore plus goûteux le lendemain, quand le caramel a bien imbibé la pâte... 

DSC09388 (1)

 Pour 6 personnes : 

1 boîte d'ananas au sirop, 2 oeufs, 60g de beurre + 1 noix pour le moule, 125g de farine (ici complète), 100g de sure en morceaux, 50g de cassonade (dans la recette originale c'est 100g mais je trouve ça bien trop sucré), 1/2 sachet de levure

Mettre le sucre en morceaux dans une casserole avec 2 cs d'eau. Mettre sur feu doux et laisser fondre jusqu'à obtenir un caramel blond. Ne surtout pas mélanger avec une cuillère pour que le caramel soit réussi, remuer plutôt délicatement la casserole. Pendant la préparation du caramel, beurrer un moule à manqué. 

Egoutter les tranches d'ananas et réserver. 

Quand le caramel est prêt, le verser dans le moule et le tourner dans tous les sens pour l'étaler sur le fond et les parois. Poser des tranches d'ananas dans le fond et couper le reste en petits morceaux. 

Préchauffer le four à 210°. Faire fondre le beurre. Dans un saladier, fouetter les oeufs entiers avec la cassonade. Quand le mélange mousse, ajouter la farine et la levure, remuer. Ajouter enfin le beurre fondu et les morceaux d'ananas restants. Bien mélanger avec une spatule. 

Verser la pâte dans le moule et enfourner pour 35 minutes environ. Sortir le gâteau du four et le démouler immédiatement dans un plat légèrement creux. Laisser refroidir et déguster ! 

DSC09393 (1)

A taaaable !

Posté par aurelvelvet à 10:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 avril 2018

Rösti géant de Jamie Oliver

 

Ha, ce Jamie ! Depuis que j'ai accès à My Cuisine, je rebats les oreilles de mon mec avec les recettes de Jamie. Tellement, que je le saoule, je crois^^ Du coup, j'embarque ma nouvelle marotte au boulot et réalise certaines de ses recettes avec les participants de l'atelier cuisine : il faut dire qu'elles sont souvent peu onéreuses, à base de produits de saison et facile à réaliser. Et en plus, elles épatent souvent l'assemblée ! [l'Amoureux serait à côté de moi, il léverait les yeux au ciel et marmonnerait dans sa barbe "ça y est, c'est reparti!"]. 

Lors d'un précédent atelier donc, nous avions réalisé ce fabuleux rösti. La touche Jamie? le côté géant, bien moins contraignant à réaliser, la cuisson au four (au lieu de passer trois plombes devant sa poêle à faire des petits tas) et la verdure et le fromage en topping qui viennent sublimer le tout. Jamie, le mec qui a tout bon. 

ffdffd

Pour 4 personnes :

600g de pommes de terre, 3 carottes, 1 cc de moutarde, 1/2 citron bio, 3 cs d'huile d'olive, 2 poignées de petits pois surgelés (ou frais, la saison commence!), 2 poignées de mâche, 50g de feta 

Préchauffer le four à 180°. 

Peler les pommes de terre et les carottes, les râper. Saler, bien brasser et laisser égoutter 10 minutes. Mélanger la moutarde avec le jus de citron, 2 cs d'huile d'olive, saler légèrement, poivrer et réserver. 

Verser la cuillère restante d'huile d'olive dans un saladier. Bien presser les légumes râpés avec vos mains pour extraire le plus de liquide possible et les ajouter dans le saladier. Bien remuer. Etaler le mélange sur la lèchefrite préalablement graissée. Enfourner pour 35 minutes, les bords doivent être croustillants. 

Blanchir rapidement les petits pois, laver la mâche, la disposer dans un saladier avec les petits pois égouttés. Mélanger avec les mains. 

Lorsque le rösti est cuit, disposer les légumes sur le dessus, la feta émiettée et ajouter la vinaigrette réservée.

Posté par aurelvelvet à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 avril 2018

Kimchi croquant au chou-rave

Ha ce livre K-Food, je ne m'en lasse pas ! Je le feuillete régulièrement et m'extasie toujours sur les recettes que j'y trouve. Toute la première partie est consacrée à divers kimchis, du plus classique au plus surprenant, dont un à base de tomates qui m'intrigue fortement. Vivement que les tomates reviennent dans mon panier de l'AMAP^^ Pour le moment, j'ai souvent du chou-rave et à la maison, à part moi, il n y a pas grand monde qui en raffole : Siobanana (oui, c'est son petit surnom, ça me rappelle quand American Horror Story, c'était bien) en a souvent dans ses purées mais ne semble pas encore s'en plaindre. Quant au grand Jaïro, il réclame à corps et à cris du concombre, des tomates cerise et des fraises depuis 1 mois... Quant à mon mec, il dit rien mais ne communique pas un enthousiasme débordant quand il y en a au menu.

Du coup, quitte à en manger toute seule, j'ai pensé en faire du kimchi ! Très bonne idée, je m'en suis tortorée dans des sandwiches jambon-beurre pendant au moins trois repas et j'ai d'ailleurs découvert que kimchi + beurre = AESD (mouhahaha, ça vous dis un truc ça ?). La recette originale se fait avec des rutabagas, mais en matière de kimchi, je crois qu'on peut faire ce qu'on veut ! 

kimchi (1)

2 cs de sel, 2 cs de sucre en poudre, 1,200 kg de choux-rave coupés en dès, 1 morceau de gingembre frais de 3 cm pelé et finement haché, 12 gousses d'ail épluchées et finement hachées, 4 cs de gochugaru (vous pouvez remplacer par un autre piment en paillettes, si vous n'en avez pas sous la main), 2 cs de sauce de poisson

Mélanger le sel et le sucre dans un récipient en plastique hermétique. Ajouter les dès de choux-rave, remuer et réserver pendant 1h. 

Au bout de ce temps, égoutter. Ajouter le gingembre, l'ail, le gochugaru et la sauce de poisson. Bien mélanger. 

Laisser le kimchi fermenter à température ambiante pendant 1 semaine, en le goûtant tous les deux jours pour vérifier sa force, puis réserver au réfrigérateur jusqu'au moment de servir, lorsque sa saveur vous conviendra. 

Posté par aurelvelvet à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mars 2018

Montecaos parfaits

Quand j'étais plus jeune et que j'allais au Pas de la Case avec ma mère, invariablement, elle rapportait une boîte de polvorones et de mantecados. Mais ces gâteaux dont elle raffolait, je les trouvais vraiment bizarres.

Je revois la boîte avec à l'intérieur des biscuits emballés dans des papiers colorés. Il fallait faire attention parce que si tu manipulais ton truc un peu trop rapidement en l'ouvrant, tu ecrasais ton gâteau et quand tu ouvrais, tu n'avais plus qu'à aspirer... Mais le summum, c'est quand tu mordais dedans, comme disait l'autre, " ça a fait pschiiiit" : ton biscuit se réduisait en poussière dans ta bouche et en même temps, au contact de la salive, s'agglomerait, se collait à ton palais et était limite étouffant. 

J'avais donc classé ces gâteaux dans la catégorie "bizarres mais intéressants". Puis, un jour, j'ai mangé des montecaos (ne me demandez pas pourquoi il y a plusieurs appelations et orthographes, je ne sais pas!) maison et c'est mille fois mieux : c'est très friable mais n'a pas cette particularité étrange de se désintégrer si tu as le malheur d'appuyer même pas fort dessus... Du coup, j'ai cherché une recette pour en faire à la maison et il s'avère en plus que c'est très facile à faire, même pas besoin de peser quoi que ce soit ! 

DSC07230

 

 

(la recette vient de chez Passion Culinaire et elle est parfaite !) 

4 verres de farine

1 verre de sucre

1 verre d'huile neutre

1 pincée de sel

2 pincées de levure

cannelle moulue pour la touche finale

Préchauffer le four à 180°. 

Mélanger tous les ingrédients, sans trop travailler la pâte.

Façonner des boules de la même taille (la pâte se travaille très bien) et pincer le haut afin de donner la forme d'une poire.

Ajouter une pincée de cannelle sur la pointe des montecaos et enfourner pour 10 minutes. Attention, ils ne doivent pas brunir !

Laisser refroidir avant dégustation. 

 

Posté par aurelvelvet à 10:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 février 2018

Curry de kofta de boeuf super rapide (Jamie Oliver en 15 minutes)

Tadam, me revoilà ! Punaise, ça fait une éternité dis donc...

Comme vous le savez déjà, j'anime un atelier cuisine et ce, depuis plus de 10 ans (déjà!). Le but de celui-ci, c'est de valoriser la cuisine économique et équilibrée, avec des produits de saison. Mais aussi de donner envie de cuisiner aux personnes, en leur montrant qu'en peu de temps, on peut préparer soi-même quelque chose de simple, sain et bon. Nul besoin de céder aux sirènes des plats tout prêts... Puis, j'ai eu deux enfants et une reprise du travail (à mi-temps, mais quand même, alors je n'ose imaginer à plein temps!) et ma vision de la cuisine rapide a évolué (prise de conscience, je crie ton nom). Ouais, parce que sans enfants,, pour moi, cuisiner durant deux heures, c'était peu. Et là, je réalise que consacrer 1 h à la cuisine le soir, c'est un p*tain de challenge (si on veut être à 19h à table, j'entends, pour coucher ton marmot à 20h. Oui parce que sinon, tu as un zombie le matin au réveil et que la préparation pour aller à l'école s'apparente à une course folle).

Par exemple, le lundi, je finis à 17h30, je suis chez moi à 17h31 (Dieu soit loué, j'habite à côté de mon taf^^), 18h, c'est l'heure du bain et 19h, c'est l'heure de manger. En gros, j'ai 1/2h pour préparer le repas. Et là, j'ai compris, qu'on pouvait avoir envie de ne pas consacrer cette demi-heure à cuisiner et balancer une pizza surgelée au four (bon ok, moi non, je préfère encore manger des coquillettes au beurre, du bon jambon et une salade). Mais je peux comprendre. 

Et comme les choses se goupillent parfois bien, c'est à ce moment que j'ai découvert l'émission "Jamie Oliver  en 15 minutes" sur My Cuisine, une mine d'or pour qui veut bien manger (bon ok, 15 minutes, c'est un peu juste, mais 30, c'est largement jouable). J'ai trouvé un tas d'idées de recettes rapides à réaliser, qui changent de celles que je peux déjà faire (oui, à un moment, j'avais l'impression d'être en boucle sur les mêmes). Notamment, cette divine recette de curry de kefta de boeuf, qu'on réalise VRAIMENT super vite (tellement que je n'ai pas pu résister à l'envie de la proposer lors de mon atelier^^. Gros succès aussi !). 

kofta

Pour 6 personnes : 

Pour les boulettes : 250g de lentilles déjà cuites (je les avais préparées la veille mais vous pouvez utiliser une boîte égouttée), 1 cc de garam massala (ou de curry), 400g de boeuf haché, 1/2 boîte de tomates entières, 5 cm de gingembre, 2 oignons, 1 piment, 1 bouquet de coriandre fraîche, 1 cc de curcuma, 1 cc de miel, 1 gousse d'ail, 1 cc de cumin, 200 ml de lait de coco, sel, poivre, 1 citron pour le service. 

Pour le riz : 300g de riz, 5 gousses de cardamome, 200g de haricots verts surgelés, 200g de petits pois surgelés, sel

Mélanger les lentilles, le boeuf et le garam massala. Former des boulettes et les réserver. 

Faire chauffer 1 cs d'huile dans une cocotte et y faire dorer les boulettes à feu doux. 

Découper les tomates en morceaux grossiers ainsi que l'oignon, les hacher au mixer avec le gingembre, le piment, le curcuma, le miel, l'ail, le cumin, les tiges de coriandre et le lait de coco. Saler, poivrer et verser sur les boulettes. Porter à ébullition et laisser mijoter à feu doux. 

Pendant ce temps, préparer le riz : verser celui-ci dans une grande casserole, couvrir d'eau, saler, ajouter les gousses de cardamome ainsi que les haricots verts, couvrir et porter à ebullition. Laisser cuire environ 10 minutes, ouvrir, ajouter les petits pois encore congelés et remettre le couvercle. Couper le feu et laisser reposer 5 minutes, sans ôter le couvercle. 

Servir les boulettes avec le riz, les feuilles de coriandre et le citron en quartiers. JUST PERFECT !

Posté par aurelvelvet à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,