Il se trouvait que j'avais dans mes placards un bocal de cèpes, gentiment offert par belle-maman qui est la championne en la matière (cette année, 70 kg quand même).

On peut dire que ce sont des rescapés car il y a eu un souci lors de la stérilisation et l'autre bocal s'était entrouvert tout seul, je n'ai eu plus qu'à tirer sur le caoutchouc orange pour qu'une odeur de macchabée, accompagnée d'un "pssshhhhh" se répande dans toute la cuisine (oh, chouette). Et c'est là que ma chienne est entrée en scène, dans toute sa splendeur. Ne voulant pas ouvrir ce bocal pour en vider le contenu (ça puait encore plus que quand un oeuf est passé), je l'ai emballé dans un sac plastique bien fermé, mis sous l'évier en me disant que le lendemain, je le prendrai en partant pour le boulot et le jetterai dans le container. Chose que j'ai zappée. Pas ma chienne qui avait enregistré la scène dans sa petite cervelle de morfale. Ni une, ni deux, elle a profité du sommeil de l'homme de la maison pour aller fouiner dans le placard sous l'évier (qu'elle sait ouvrir), récupérer le bocal (qu'elle a réussi à ouvrir aussi, je ne sais par quel miracle) et s'envoyer ces cèpes pourris qui devaient sentir si bon pour elle. Pendant 3 jours, elle a empesté la maison, j'ai même cru que j'avais laissé le gaz ouvert une nuit. Je me demande comment elle n'a pas d'atteinte cérébrale ou autres horreurs [à ce stade, je me rends compte que nous sommes en période de fêtes de fin d'année, que fleurissent sur les blogs mille recettes de plats bling-bling, que ça sent la magie de Noël et que moi, je parle des soucis intestinaux de cette chienne. No comment.]

Donc, j'ai eu envie d'utiliser les cèpes restants quand j'ai vu cette recette ukrainienne dans un petit bouquin intitulé "Recettes slaves". J'ai effectué quelques recherches sur Google mais aucune recette ukrainienne de cet ordre n'en est sortie... Comme la nana qui a fait le bouquin explique que les recettes ont été un peu francisées, je pense que la vraie recette est faite avec de la mamaliga et pas de la semoule. Parce que quand j'étais proche de la frontière ukrainienne lors de mon road trip roumain, j'ai mangé de la mamaliga à foison. Souvent enrichie de smantana d'ailleurs pour bien tenir au corps.

Mais bref, cette recette rapide est ma foi fameuse !

Cèpes à la cosaque remaniés

DSC00807

Pour quatre Michel Strogoff :

750 de cèpes (ici en bocal et déjà préparés), 50 g de chorizo coupés en petits dés (que l'on peut remplacer par des lardons ou du jambon sec), 2 oignons, 1 gousse d'ail, 1 cs de Maggi, 250 g de semoule, feuilles de menthe fraîche, sel, poivre.

Égoutter les cèpes. Faire chauffer 1 cs d'huile d'olive dans une poêle, y faire revenir l'ail haché, les oignons émincés, le chorizo en cubes (environ 5 minutes). Ajouter les cèpes, le Maggi, poivrer et laisser cuire à feu doux une dizaine de minutes.

Pendant ce temps, préparer la semoule comme indiqué sur l'emballage.

Lorsqu'elle est prête, la mélanger rapidement aux cèpes, verser le mélange dans un plat allant au four. Cuire à four chaud (th5) pendant 20 minutes environ.

Hacher les feuilles de menthe et en parsemer le plat au moment de servir.