,picresized_th_DSC00309picresized_th_1320427520_DSC00335

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cette auberge, c'est une légende par ici. La première fois que j y ai été, c'était avec mes grands parents qui l'avaient dénichée je ne sais comment et à quelle occasion. C'était il y a plus de 10 ans et la déco n'a pas changé depuis (en témoigne la tête de moufflon un peu mitée), ni les plats proposés : 3 menus, avec menu de base et supplément cèpes/foie gras maison pour le plus cher (32€). Avec muscat, vin, fritons de canard (suite à une O.D de fritons quand j'étais enfant - j'avais eu l'idée de me faire un gros sandwich avec ceux qui sortaient du chaudron chez ma mamie. Pain + fritons chaud = indigestion - j'ai un peu de mal) et café compris.

La première fois donc, on est ressorti de là hilares avec mes frères et on en a conclu que l'ivresse alimentaire existait bel et bien. La deuxième fois, j y avais été avec des copains, le lendemain d'un concert de Lofofora. Ce coup ci, après le repas, on s'était traîné sur la pelouse du jardin d'enfants en face et on avait re-regardé le concert de Lofo sur le camescope en se disant que c'était vraiment un super concert.Un de mes frères avait fait un malaise après avoir mordu dans son énorme crêpe farcie de chantilly et de confiotte de prunes. La faute à la chantilly au vin à volonté et aus fritons.

La troisième fois, on y a été à trois et pour la première fois, on a marché après et on a trouvé un chouette coin. Grande première.

Et la quatrième a été ce jour de Toussaint 2011. Avant de partir, l'amoureux a râlé parce qu'on avait pas acheté du pain pour le repas du soir (cet homme est addict au pain). Je lui ai dit qu'on aurait pas forcément faim le soir et il a ricané.

Heureusement qu'on avait téléphoné le matin même, le resto était bondé (et il a deux grandes salles). Un panneau annonçait à l'entrée "Complet, n'insistez pas". A croire que les visites au cimetière ouvrent l'appétit.

A peine installés, la serveuse nous porte l'apéro, mes amis les fritons, les charcuteries et la salade. Comme on est des fous, y avait aussi le foie gras. Chacun se sert et c'est parti pour la grande bouffe....

picresized_th_1320433054_DSC00311picresized_th_1320433168_DSC00313

                             (jolie nappe...)                                                             (mon assiette, j'ai été raisonnable)

Le pâté avait le vrai bon goût de pâté de foie (j'aurai bien aimé des cornichons avec) et j'ai adoré le foie gras. En fait tout était bon. Bon la vinaigrette de la salade est un peu beaucoup huileuse mais on est plus à ça près à ce stade.

Arrive ensuite la daube (on avait tous choisi ça), les pommes de terre et les cèpes.

picresized_th_DSC00330(ouais, tout ça pour quatre gloutons. Celui qui se sert du vin, c'est le frère qui avait eu le malaise de la crêpe, belle assiette hein?!)

 picresized_th_1320433625_DSC00325picresized_th_1320434038_DSC00334

picresized_th_DSC00327

(Toujours mon assiette avec les cèpes au fond)

picresized_th_DSC00333

(l'assiette de l'amoureux, bien remplie de daube)

La viande de la daube est juste super fondante et la sauce colle bien comme il faut autour de la bouche. Peut-être un chouîa trop salée au bout d'un moment (mais bon, y a une assiette de charcutaille qui est passée avant). Les patates fondent aussi et ne sont pas grasses quand on les mange avec les doigts (c'est meilleur). Les cèpes sont aillés comme je les aime.

picresized_th_1320434638_DSC00360

On nous emmène ensuite l'assiette de fromages. Il est coupé n'importe comment, mais c'est les gens avant nous ça (pour une fois que c'est pas moi). Y a que moi qui en ai pris un petit morceau de chaque (du Moulis, un fromage local, du brie et du bleu) mais en même temps, je me suis pas tapé un kilo de daube avant.

Et pour finir, les crêpes, les confitures maison et la chantilly. Une tuerie cette chantilly.

picresized_th_1320435108_DSC00373picresized_th_1320435185_DSC00375

 Et c'est après avoir terminé les crêpes que surgit Louis le patron et et son Porro. Intuitivement, j'ai vite compris que ça allait être pour ma pomme.

picresized_th_DSC00355

Bon, en même temps, il allait voir toutes les femmes de la salle avec son engin et quand elles disaient "nooooonnn" avec un air précieux, il leur caressait les cheveux en demandant "et si je vous caresse la tête ? Vous le faites ?". Elles s'étalait alors leurs serviettes  du cou à la ceinture et en avant !! (mon frère a relevé le caractère sexuel de cette scène. Vous aussi hein?!!) Bon du coup, quand il s'est pointé, vaillante, j'ai pas dit non. Le truc, c'est que je n'ai pas réussi à avaler en même temps qu'il versait son pinard, tout a dégouliné dans mon décolleté. [Je sens les vilaines requêtes Google se pointer, je sais pas pourquoi...]

Après ça, une bonne marche s'imposait, le démarrage a été rude (l'ail des cèpes se manifestait beaucoup) mais une fois lancés, c'était super et bien vivifiant. On a même vu une biche et trouvé des coulemelles.

picresized_th_DSC00406

picresized_th_DSC00423_1_

picresized_th_DSC00453

La nuit est vite tombée et nous voilà sur la route du retour! Une envie de coca glacé nous a tenaillé sur la route, ça devait être la digestion. Le soir, l'amoureux n'a pas eu faim.